SOUtien à MILAN presse à toulouse

Publié le par chriscraft_

De passage 0 toulouse, j'ai rencontré les salariés en GR7VE DE milann presse , et commme mes enfants ont été bercés par les publications de MILAN Presse, il me parait important de vous demander de signer la pétitionn pour les soutenir dans cettte période diffficilehttp.voir l'image en taille réelle

je soutiens MILAN



























ci -dessusà GAUCHE JE M'informeauprès de Christine,asssistante de rédaction au magazine Julie.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

oursonne libre 26/01/2009 05:04

c'est fait j'ai signé parce que moi quissi mes enfants ont lu les livres de cet editeurj'en ai un peu ras le bol de ces patrons qui se moquent du personnelquand nous revolterons nous contre euxbisous

DID GHOST RIDER 25/01/2009 18:25

Je vais signer cette pétition tout de go.Bises à toi Chris

Linda & Picasso ::0079::0071:: 25/01/2009 18:05


La litanie des heures

Par les ventres assassins Par le crime de main Et par les charmes noirs Des lettres de venin Par l'effort du regret Et la force d'un mais Ou d'une invraisemblance Par les sangs déliés Et par une hécatombe Sur le champ d'un seul brin Une seule folle avoine Fauchée sur le chemin Par le creux de nos tombes Dans le ciel renversé Où les astres s'allongent Par la nuit avancée Par un cri sous la peau Vicié d'une arme Par un fleuve nouveau Nourit de larmes Par l'aigle du Caucase et ses dents de lumière Ô, qui voudra me pardonner ! J'ai laissé les heures passer. Ainsi la décadence Est entrée d'un regard Sous mes paupières complices, Au bout de notre espoir. Mais je n'avais pas vu Perpétré mon massacre Et je n'aurais pas su Évincer chaque vice Au fond de la coulisse... Rainurée d'oripeaux Chaque instant du délice Te dévore un morceau ! Sur les poètes enfuis Des corps debout, mais vides, J'ai laissé trop de fois Se refermer l'abside Et la mort se presser De super leurs amours Avec la même ardeur Que de les embrasser. Par la morsure du jour au coeur de Prométhée Ô, qui voudra me pardonner ! J'ai laissé les heures passer.
par M.D. Arakiri