Albrecht Dürer et les animaux

Publié le par chriscraft

Tout en se concentrant sur le nu masculin et féminin, Dürer ne perd jamais de vue le monde naturel. Ses dessins de zoologie et de botanique peuvent rivaliser avec ceux que Léonard réalisait à la même période.(…) Mais Dürer se concentre sur les animaux, les fleurs, les herbes et les paysages pour eux-mêmes, en les représentant dans leur réalité phénoménologique directe. En bref, il réalise systématiquement des observations sur l’environnement, comme autant de rubriques d’une fascinante encyclopédie de la nature. Cette curiosité envers les animaux accompagne Dürer tout au long de sa carrière : du porc monstrueux de Landser à la baleine échouée sur les côtes hollandaises, du cerf-volant au morse, le peintre allemand ne perd jamais une occasion pour étudier des bêtes extraordinaires ou des formes particulières.

Avec une extrême délicatesse, Dürer a fréquemment choisi, pour ses études naturelles, la technique de l’aquarelle qui confère aux dessins une finesse chromatique et une vraisemblance sans pareilles.

Sangliers                          Elan, 1504, british Museum. Ce dessin aquarellé montre

                                                L’importance que Dürer attachait aux études animalières :

 Petite chouette

                   Petite chouette Reproduction artistique                            Il remonte à 1504, mais le peintre y a rajouté, quinze ans plus

                ard, une brève inscription, son monogramme et la date de

                1519, preuve qu’il gardait ce dessin par-devers lui, en l’utilisant

                 pour des comparaisons et des esquisses.


Cliquez pour agrandir (68 Ko) Cliquez pour agrandir (68 Ko)

source:http://mpoty.free.fr/fr_aquarelles_c.html



 

Publié dans La mante lit parfois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DID 10/08/2009 19:39

Un petit coucou en passant.Bises Chris.